Et le cannabis dans tout ça ?

Avr 20 2018

Pour beaucoup, le mois d’avril est synonyme de retour du printemps. Éclosions de bourgeons, gazouillis d’oiseaux et apparitions de nombreuses bêtes volantes non-identifiées, soleil et avalanches de pollen. Mais pour d’autres c’est aussi le mois du Four-Twenty, l’occasion de célébrer un autre type de pollen.

420, cannabis

Joyeux 420 !

Le 420 ou 20 avril pour les francophones est un jour de célébration mondiale pour les amateurs de cannabis. Pour nous c’est aussi l’occasion de parler un peu de cette plante qui déchaîne tant de passion. Une chose est certaine, l’économie du cannabis se structure un peu plus chaque jour et le débat autour des utilisations potentielles de cette plante devient inévitable.

Interviewé sur France Info le 22 Janvier 2018, le président de la Fédération Française d’Addictologie, Amine Benyamina, ne cachait pas sa déception face au rapport parlementaire préconisant l’assouplissement des peines pour les consommateurs de cannabis.

Peut-on parler de progrès réel quand, au lieu d’être dirigé vers la case prison, le consommateur se verra désormais infliger une amende de 300 euros ? Pourtant, et Amine Benyamina le rappelle avec justesse, le cannabis n’est pas une question qui se limite aux forces de l’ordre et à la police ; c’est une question de société. C’est d’autant plus vrai que la France est le premier pays consommateur de cannabis d’Europe et aussi le seul pays à vouloir maintenir une politique de répression face à sa consommation et sa commercialisation. Finalement, le seul à refuser d’ouvrir le débat.

France be like:

420, cannabis, bob marley


Avoir une vraie conversation loin des clichés sur le cannabis

Dans le reste du monde, notamment en Amérique Latine mais surtout aux Etats-Unis, le marché du cannabis ne cesse de croître et de convaincre. Je dis bien convaincre et non séduire. Plus que sa substance, ce sont des arguments rationnels, réfléchis et étudiés qui ont fini par conquérir l’opinion publique. À moins que les arguments ne découlent naturellement de sa substance, il y a peut-être de cela.

L’OMS a désormais reconnu les bienfaits du CBD dans les traitements des cancers, de l’épilepsie ou encore de la maladie d’Alzheimer, et ce sans contrepartie pour l’organisme contrairement à de nombreux traitements médicamenteux actuellement proposés. Ils ont aussi reconnu que le CBD n’entraînait pas d’addiction ce qui devrait également faciliter son introduction sur des marchés réfractaires… comme celui de la France. En outre, les recherches sur les usages potentiels du cannabis dans le traitement de certaines maladies se poursuit et montre des résultats probants sur pas moins de 30 pathologies. Il faut donc s’attendre à ce que le CBD ait un intérêt public grandissant.  

D’autre part, la légalisation du cannabis a eu des répercussions sociales importantes puisque la criminalité a baissé en moyenne de 13% dans les états ayant légalisé, et jusqu’à 41% pour les homicides liés aux drogues. En parallèle, ce phénomène a aussi permis d’abaisser le taux d’overdoses liées aux opiacés et la baisse de recours aux médicaments dérivés d’opiacés.

Désormais, 84% de l’opinion publique américaine considère que le cannabis à usage médical doit être légalisé et, plus étonnant, 64% sont en faveur de sa légalisation pour usage récréatif. On compte maintenant 29 états américains ayant légiféré en ce sens.

Aller dans le sens de l’Histoire

Alors ce n’est pas naïvement que nous demandons aujourd’hui une ouverture du débat en France, ou pour certaines de ses régions. Dans un article précédent nous évoquions déjà les perspectives économiques liées au marché du cannabis pour les DROM-COM (car il ne faut plus dire DOM-TOM). Serions-nous les plus bêtes à vouloir regarder passer sous nos yeux une opportunité économique conséquente, permettant qui plus est d’être développée dans le respect des enjeux écologiques ?

Ca n’aura en tout cas pas échappé à nos voisins américains dont bon nombre de personnalités investissent désormais dans cette économie colossale. Snoop Dogg, Whiz Khalifa certes mais aussi des anciens de Microsoft ou certains magnats de la finance, et jusqu’à certains sportifs de haut niveau comme Michael Phelps ou récemment l’ancien joueur de NBA Al Harrington.

Plus surprenant encore, John Boehner, ancien président de la Chambre des Représentants, républiquement chevronné et farouchement opposé à la légalisation du cannabis a rejoint le conseil d’administration de Acreage Holdings,un fond spécialisé dans la culture et distribution de Cannabis. Comme quoi, un point de vue n’est jamais figé que si l’on s’y tient.

Il est plus que temps d’interpeller nos politiques qu’ils acceptent enfin d’ôter les oeillères leur obstruant la vue. Signez et partagez notre pétition appelant à l’ouverture d’un débat national.  

En attendant, bon 420 à tous !

%d blogueurs aiment cette page :