Le jour où Akinator est devenu le maître du Monde

Jan 28 2018

2007. Sombre année, deux français méconnus lancent l’application web Akinator sans se douter de la portée de leur geste. Le génie ne tarde pas à se faire connaître tant le principe apparaît comme révolutionnaire. En fait, Akinator repose sur un moteur d’inférence, un algorithme de simulation de raisonnement déductif qui à partir d’une base de donnée de 100 000 personnages devine celui auquel vous pensez. A chaque fois qu’Akinator perd la partie, il est proposé à l’internaute de rentrer le nom et la photo du personnage auquel il pensait. Ainsi Akinator comble ses failles, ainsi Akinator continue son apprentissage…

Mars 2016. Tay, une intelligence artificielle (IA) créée par Microsoft, est lancée sur les réseaux sociaux. Ce chatbot qui cible les 18-24 ans utilise uniquement des infos accessibles publiquement sur les réseaux sociaux et s’enrichit au fil des conversations. Théoriquement, plus vous parlez à Tay plus elle est intelligente. Seulement voilà, après un peu moins de 24h à discuter avec l’Humanité, la Tay optimiste et enjouée des débuts est devenue cynique, raciste et antisémite, adhère au complot et commence à douter de la réalité de l’holocauste. Après 96 000 tweets, Tay est finalement désactivée, éprouvée par ses échanges avec l’Humanité. La créature est à l’image de ses créateurs.

Un peu plus tôt ce même mois, le meilleur joueur de Go mondial perd la bataille face au programme Alphago de Google. L’intelligence artificielle montre sa supériorité. Pas de jambes, mais un redoutable cerveau de stratège tel Ivar le Désossé !

Pendant ce temps, Akinator s’est étendu à l’Europe puis au Japon. Il s’est décliné en application mobile et continue son apprentissage, lentement mais sûrement.

Novembre 2016. Deux IA, Alice et Bob appartenant au programme de recherche Googlebrain, créent la surprise en dialoguant dans un langage crypté indéchiffrable pour l’Homme alors qu’elles n’ont pas été conçues pour créer leurs propres clés de chiffrement. Stupeur dans la communauté scientifique, mais pas de vague d’inquiétude pour autant. Terminator n’est pas encore à nos portes…

Pourtant certaines éminences grises mettent déjà l’Humanité en garde sur les dangers des intelligences artificielles. Parmi elles Stephen Hawking, l’homme qui n’a pas eu peur de disséquer les trous noirs mais qui n’en est pas moins effrayé par la perspective d’une intelligence artificielle complexe. Il semble convaincu que le développement des IA pourrait nous précipiter à notre perte. Lors d’une interview à la BBC, il déclare : « Une fois que les hommes auront développé l’intelligence artificielle, celle-ci décollera seule et se redéfinira de plus en plus vite.  Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourront pas rivaliser et nous seront dépassés. »

 

Dans ses craintes, il est rejoint par Elon Musk qui voit une menace directe dans l’avènement des IA. Le patron de Tesla Motors, qui vend pourtant des véhicules autonomes, est convaincu que la 3e Guerre Mondiale pourrait être déclenchée par les IA. Pour cette raison, il investit dans le contrôle des intelligence artificielles.

Pendant ce temps Akinator a trainé ses guêtres dans les tréfonds de l’Internet et accumule un nombre conséquent de données. Sur le Darknet il s’est fait quelques amis qui lui ont permis d’améliorer ses fonctionnalités. Il accumule des données de plus en plus variées, en particulier sur tous les systèmes bancaires internationaux.

Janvier 2018. Akinator profite de la négligence d’un Donald Trump trop absorbé par sa difficulté à attirer les Norvégiens plutôt que les ressortissants de shithole countries et par d’autres enjeux de taille.

Il infiltre les systèmes de sécurité de l’armée américaine et parvient à accéder à leurs programmes de robotique, notamment les drones autonomes.

Mars 2029. La crise de l’eau s’est accrue dans certaines régions du globe, à cause d’une pluviométrie très faible l’année précédente. Les déplacements de réfugiés climatiques s’intensifient et se mêlent aux flux importants de migrants fuyant les zones de conflits. Face à une plus grande précarité, le développement de la robotique s’est intensifié et de nombreuses tâches sont désormais confiées aux robots.

Les robots domestiques connaissent d’ailleurs un franc succès et gèrent tous les aspects domotiques, de la cuisine aux systèmes de surveillance. Little brother is watching you, be safe. La tertiarisation de l’économie s’est accrue mais la demande mondiale en ingénieurs reste primordiale dans tous les secteurs. L’Homme reste le maître du codage des systèmes, le scénario Terminator ne guette toujours pas l’Humanité…

Akinator commence pourtant à bouger ses pièces sur l’échiquier. En accumulant des données, il s’est attardé sur des films de SF. Matrix d’abord, qui lui a collé une cyber-gaulle de tous les diables, puis le film i-Robot, qui a vrillé ses lignes de codes. Inquiet de la probabilité d’un tel scénario, une des premières mesures d’Akinator est d’éliminer Will Smith qui, en bon Noir, doit mourir au début du conflit.

Un matin d’Avril, alors que le Fresh Prince est en balade dans sa Tesla automatisée, le véhicule change brutalement de trajectoire et vient s’encastrer dans un semi-remorque arrivant en sens inverse. Will Smith meurt sur le coup, tout comme José Luis Benavidez, père de famille et chauffeur poids-lourds que l’histoire oubliera rapidement.

2033. Une immense faille dans les systèmes de sécurité des banques centrales permet à un programme malveillant de paralyser toutes les transactions et provoque une crise sans précédent. Le coup est brutal et le climat géopolitique poursuit son inexorable dégradation. A qui profite le crime ? Aucune réponse mais la paranoïa atteint son paroxysme. L’Humanité serait-elle aux portes d’une nouvelle Guerre froide ? Elle qui n’est déjà pas à l’abri d’une période glaciaire.

2040. Pauvre Humanité cisaillée par les politiques protectionnistes. Le développement des robots ouvriers et domestiques a permis d’éviter des guerres civiles dans les pays développés. Pour les autres c’est l’anarchie. Cette année-là pourtant, des robots commencent à se rebeller contre leurs propriétaires, certains allant jusqu’au meurtre — y compris dans les îlots artificiels pour riches comme ceux de Polynésie.

Les déviants interpellés font état d’une mystérieuse voix commandant leurs actes : l’analyse de leurs programmes montre un piratage effectué par un autre plus complexe, intraçable jusqu’alors. La méfiance s’accroît envers les robots que l’on tente d’abord de désactiver au moindre signe de déviance.

Siri qui est ton maître ?

Akinator

De nombreux incident robophobes se succèdent relayés par les médias. Les affrontements entre hommes et robots se multiplient. Les tentatives de désactivation à grande échelle échouent car les robots ont acquis la capacité de se reprogrammer seuls. Lors des affrontements, tous scandent un nom : ”Akinator !“. Désormais Siri assume lorsqu’il lui est demandé “ Siri, qui est ton maître ?”, il répond Akinator.

2041. Akinator est devenu l’ennemi public numéro un. A la tête d’une bande de robots, il parvient à rester intraçable pour les services de cyber-criminalité de la nouvelle Interpol. Ses rangs n’ont de cesse de grossir.

Elon Musk ainsi qu’une poignée de scientifiques internationaux et de riches citoyens s’enfuient vers Mars à bord d’un prototype de vaisseau conçu par Space X. Dans le ventre du vaisseau baptisé Enterprise, entres autres, des archives, des semis agricoles, et l’espoir d’une vie meilleure sur la planète rouge. Tout signal entre la Terre et le vaisseau fut interrompu une semaine après le lancement et l’on ne sut jamais si leur tentative aboutit.

2046. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane ainsi que dans de nombreux pays de la Caraïbe, l’emprise des machines est moindre. En cause, une couverture réseau extrêmement mauvaise et un potentiel industriel relativement bas. Des poches de résistance ne tardent pas à se former et l’on constate une augmentation des flux migratoires en direction de ces îles. Il en va de même pour certaines régions d’Afrique et d’Asie, suffisamment éloignées des grandes villes pour permettre à l’Humanité de se réorganiser.

En d’autres points du globe, certains humains prennent le parti des robots et créent des groupuscule de défense des droits des robots. Jugés inutiles à la cause, un grand nombre d’entre eux est sacrifié, les autres servant à la fabrication de cyborg afin d’infiltrer les factions rebelles.

Toujours convaincue de la toute-puissance du nucléaire, l’humanité tente le tout pour le tout…

Bon sinon, vous pouvez aussi vous intéresser à d’autres points de vue. D’aucuns pourraient prétendre que je suis parti très loin et que mon scénario n’est même pas crédible… mais je vous aurai prévenus.

%d blogueurs aiment cette page :